Un patron à quoi ça sert ?

Un jour, un de mes clients entrepreneur me dit :

« En fait je ne sers à rien, tout fonctionne parfaitement sans moi », et bien sûr il en était très perturbé. Cette réflexion apparemment anodine pose la question de la véritable valeur ajoutée d’un dirigeant.

J’ai connu certains dirigeants incapables de laisser la main sur des questions techniques, ils voulaient tout contrôler eux-mêmes, ayant de ce fait l’impression de donner le maximum pour leur entreprise. Ils étaient étonnés voire déçus de constater le manque d’initiative de leurs proches collaborateurs et du découragement sensible de leurs meilleurs éléments sans comprendre que  leur comportement en était la cause

Mais alors qu’est-ce qu’il faut faire ? Où est la place du dirigeant quand il ne s’occupe pas des relations bancaires, des contacts investisseurs, de la concrétisation de nouveaux contrats ?

Pour moi être dirigeant est un des métiers les plus ingrats pour l’Ego car la réussite de son entreprise dépend de la mise en œuvre d’un ensemble complexe qui a sa vie propre en dehors de son action immédiate. De plus il est difficile de savoir qu’elle est sa valeur ajoutée personnelle dans cette réussite.

Ce qui emporte c’est de faire en sorte que tout fonctionne. Avoir une vision claire de ce que l’on veut, la partager, trouver des débouchés, veiller au développement, définir le cadre,  et…faire confiance.

Etre présent là où il est nécessaire pour trouver des contrats, pour valoriser la présence de l’entreprise, pour  la   faire connaître

Mettre en place le cadre permettant une bonne gestion et une rentabilité optimale

Veiller à l’harmonie, à l’équité interne et créer  les conditions d’une réelle intelligence collective

Je suis persuadée que si l’on est obsédé par le besoin de faire soi-même, d’être à l’origine des réussites, on sera très malheureux comme dirigeant. (Sauf si on est à la tête d’une entreprise individuelle bien-sûr).

Alors ma réponse à –  « En fait je ne sers à rien, tout fonctionne parfaitement sans moi » – est que ce dirigeant fait son travail  de patron qui est bien au-delà de la production et du suivi quotidien mais qui ne se voit pas toujours.

Etre dirigeant, c’est….

Ne pas faire le travail de ceux qui sont engagés pour ça. C’est ne pas être toujours sur le dos des responsables que l’on a nommé pour vérifier que tout est en ordre. C’est ne pas vouloir que tout passe par soi. C’est ne pas avoir peur que le succès soit attribué à d’autres que soi.

Par contre c’est vrai que c’est difficile.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *