Attendre un enfant, quel bonheur bien sûr, oui mais…

 

Souvenir d’une jeune Directrice de communication dans le début des années 80 en Afrique. Son premier enfant, voulu, ardemment désiré, mais la première joie intime, privée passée, c’est l’angoisse. Que va dire son (sa) patronne. Il y a tant de projets engagés qui reposent sur elle, cela lui a été si difficile d’obtenir ce poste… et effectivement les premières félicitations passées, à la moindre fatigue, les réflexions et tentatives de mise à l’écart commencent.

C’était il y a 35 ans, cela appartient au passé, les choses ont beaucoup évolué vous dites-vous, et bien non, ce souvenir a été ravivé aujourd’hui même par une jeune manager qui m’a confié ses mêmes joies, mais aussi inquiétudes et peurs du « ce n’est pas le moment ».

Alors peut-on facilement concilier le légitime besoin de fonder une famille et celui non moins légitime d’exercer des responsabilités professionnelles ?

Certaines personnes y arrivent sans problème, qu’ont- elles de plus ?

Elles ont conscience de la légitimité de l’envie d’assumer les 2 vies en parallèle.

Elles dépassent les peurs transmises par les aînées à qui on contestait encore plus qu’aujourd’hui la compétence de responsable.

Elles savent que si  le doute entraîne le doute, le contraire est vrai. Si  vous doutez de vos capacités, votre comportement s’en ressentira et cela entraînera des interrogations voire des tentatives de déstabilisation.

Elles savent qu’un(e) responsable efficace sait s’entourer, déléguer, anticiper et que les congés maternité ne durent que 16 semaines sauf cas particuliers.

Elles savent qu’un(e) responsable épanoui et bien dans sa peau est plus performant(e) pour l’entreprise.

Alors comment faire ?

Développer son assertivité, sa confiance en soi

Faire taire ses peurs

Ne pas écouter les donneurs de leçon

Prendre du recul et ne pas sombrer dans le « tout émotion »

Anticiper, s’organiser

Et surtout profiter du bonheur qui vous est donné.

Vous ne vous sentez pas concerné ? Et si nous élargissions, faisons un effort de transposition, car plus globalement cela pose la question de l’absence ponctuelle d’un responsable, pour quelque raison que ce soit (participation à un projet, implication sociale etc…) et la façon qu’il a et toute l’équipe avec lui de le gérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *