On choisit d’être entrepreneur, mais choisit on d’être manager ?

On admet bien volontiers que tout le monde ne peut pas être entrepreneur. Cela nécessite une énergie, une volonté, une acceptation du risque qui ne peuvent être supportées que parce que le plaisir et l’engagement sont présents

Sinon c’est une vie très difficile, stressante, qui impacte la vie privée et n’est pas toujours récompensée financièrement et socialement parlant.

Qu’en est-il du management ?

Le management demande les mêmes qualités d’engagement et  de volonté. Il exige également un souci des autres, de l’écoute, le sens de l’organisation, la reconnaissance des autres. Ces compétences s’acquièrent me direz-vous. Certes, mais si elles ne correspondent pas à ce que l’on aime faire, cela entraîne du stress, de l’aigreur et beaucoup de frustration.

Or que se passe-t ‘il la plupart du temps ?

Accepter des responsabilités managériales est souvent la seule façon d’évoluer dans l’entreprise.

C’est lié au statut, donc une fonction « inévitable » pour progresser hiérarchiquement.

En plus de 20 ans de métier de consultante, j’ai souvent croisé de ces managers qui venaient en formation en traînant les pieds car cette partie de leur fonction ne les intéressait pas, que c’était avant tout une source d’ennui.   De ce fait, alors que l’objet  était de leur donner les outils de management, l’essentiel du débat consistait  à les convaincre de l’importance de cette « mission », car sans cette conviction les outils ne servaient à rien.

Le management n’est pas valorisé, peu de responsables sont recrutés pour leurs qualités de manager

N’est-ce pas contradictoire, la fonction managériale est inévitable pour progresser mais la culture managériale n’est pas valorisée, voire ignorée (c’est notamment rarement une priorité des plans de formations)..…alors que les managers encadrent parfois des équipes importantes.

Par contre on sait se plaindre de la mauvaise ambiance, du manque d’engagement, de l’absentéisme, du laxisme des équipes, mais en en tirant de mauvaises conclusions qui sont orientées vers la mauvaise volonté des personnes alors qu’il suffirait que l’on se donne les moyens d’y remédier par la mise en œuvre d’une véritable politique managériale.

La performance de l’entreprise et le bien-être de ceux qui y travaillent est à ce prix.

3 réflexions sur “ On choisit d’être entrepreneur, mais choisit on d’être manager ? ”

  1. Beau résumé !
    Ce qui est certain c’est que ce sujet est un terrain tellement vaste et méconnu dans l’entreprise, que le champ d’action est extrêmement large !
    Il faut également travailler sur la place de l’individu au sein de l’entreprise qui ne pourrait pas se développer sans l’implication des Hommes qui la composent.

    1. Tout à fait d’accord mais cela n’est possible qu’avec une politique de management qui vient du haut et qui implique toutes les strates de l’entreprise

  2. Bonsoir Jacqueline,
    Comme tu le sais, je partage totalement ton avis.
    Surtout lorsque l’on sait que cette absence de politique managériale est la 1ere cause identifiée de Turn-Over au sein de l’ entreprise !!
    A bientôt
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *