En revenant sur l’Intelligence Collective

J’ai récemment partagé sur LinkedIn un excellent article de Christian Morel traitant des dérives de l’intelligence collective. http://www.scienceshumaines.com/les-derives-de-l-intelligence-collective_fr_33072.html#.V1Wb0K8v2tE.linkedin.

Je souhaite y revenir ici car il me semble aborder un sujet majeur tant pour l’efficacité des entreprises que plus globalement pour celle de la démocratie.

De quoi s’agit-il ?

  • De pressions, amicales, professionnelles, sociales qui empêchent les individus d’exprimer librement leurs points de vue et désaccords
  • De la peur de se mettre au ban de la société, entreprise ou groupe humain en affichant une différence de point de vue
  • De l’inflation de règles complexes trop nombreuses pour être toutes connues,
  • De la crainte de la punition qui empêche les retours d’expérience permettant la non reproduction des erreurs.

Quel rapport avec l’intelligence collective ?  Le nombre accroît ces phénomènes. Plus le groupe est important plus la peur de l’isolement ou de l’exclusion se fait sentir. On ne communique plus, on n’exprime plus son point de vue car…

  • La majorité a raison parce qu’elle constitue la majorité
  • On n’écoute que les arguments qui confortent ce que l’on                   pense
  • On privilégie la bonne entente à l’expression ou                 rectification de la vérité

Si l’on définit l’intelligence collective comme désignant « les capacités cognitives d’une communauté résultant des interactions multiples entre ses membres » (Wikipedia) on s’interroge sur les conditions de plein exercice de cette intelligence. Elle n’annule pas l’intelligence individuelle, au contraire elle doit pouvoir s’appuyer sur elle. Pour que les intelligences interagissent il faut qu’elles aient a minima :

  • L’accès libre à une information claire, précise et adaptée permettant à chacun de se forger son propre jugement
  • L’absence de peur, le développement de la confiance en soi qui permet de défendre ses convictions tout en étant ouvert à celles des autres sans crainte du ridicule, de la punition ou de l’exclusion.

Bien sûr la punition, l’exclusion sont le fait des organisations et des groupes, mais ceux-ci sont constitués d’individus et en développant la culture des uns on peut prétendre faire évoluer celle des autres. … Du moins je veux le croire.

 

 

Une réflexion sur “ En revenant sur l’Intelligence Collective ”

  1. Merci pour cette bonne analyse complémentaire et synthétique. Le plus grand danger à mon sens réside dans la trop grande personnalité de celui ou de ceux qui mènent le débat car ce sont eux au final qui prennent la décision et la font valider par le groupe. La solution consiste peut-être dans la possibilité de recenser tous les points de vues à l’exclusion de toute décision, qui se prend à un autre moment, mais à partir de l’analyse du groupe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *