Innovation participative

L’innovation, c’est aujourd’hui un mot magique qui semble devoir résoudre tous nos problèmes de compétitivité et de performance. Si nous nous référons au dictionnaire Robert, innover signifie introduire du nouveau dans un domaine. De ce fait, pour beaucoup cela signifie nouveauté produits, packaging, service, marketing… et si cela signifiait aussi innover dans la manière de générer de l’innovation ?

C’est la logique de l’innovation participative qui est « une démarche de management structurée visant à stimuler et à faciliter l’émergence, la mise en oeuvre et la diffusion d’idées par l’ensemble du personnel » (association Innov’Acteurs). Nouveauté ? Par réellement,  l’innovation collaborative est apparue en 1927 chez Michelin avec la création de la boîte à idées. Elle a été longtemps été et est toujours très utile pour faire remonter les problèmes d’ordre organisationnel ou technique et constitue un excellent argument sur lequel communiquer pour motiver les salariés à donner des idées.

L’innovation collaborative a pris depuis diverses formes, dont l’innovation 2.0, qui est l’usage de plateformes collaboratives et sociales au sein d’une  ou de plusieurs entreprises. Les outils sont nombreux, Wiki d’entreprise, FAQ collaboratives, Blogs, extranets collaboratifs, réseaux sociaux d’entreprise etc… On voit ainsi, au niveau théorique et institutionnel des outils de plus en plus attractifs et interactifs permettant la participation des salariés à l’innovation.

Le principe est séduisant pour l’entreprise qui peut tirer ainsi parti des idées émises par le personnel notamment pour faire des gains de productivité. C’est ainsi une démarche qui est perçue comme stimulante, fédératrice, voir indispensable…mais parfois complexe à mettre en œuvre.

Beaucoup de freins s’élèvent :
« c’est trop compliqué… ça coute trop cher… qu’est ce que ça va me rapporter ? …Cela vient en plus du travail quotidien… mes bonnes idées, c’est mon chef qui se les approprie….j’ai des bonnes idées mais on ne m’a pas écouté… ça n’a pas marché et ça s’est retourné contre moi….. »

Comme toujours il n’y a pas d’effet magique. La participation des salariés doit s’intégrer dans un processus managérial basé sur l’écoute, la confiance et la reconnaissance. Elle s’inscrit dans une stratégie globale et est relayée à la fois par une communication interne volontariste (avec des pilotes et chefs de projet) et un management de proximité impliqué et ouvert.
Elle peut contribuer au succès et à la réussite de l’entreprise si :

– elle est liée à la culture d’entreprise
– elle facilite l’expression des idées (et notamment des bonnes idées)
– elle implique tous les niveaux (up & down)
– elle se développe sur le terrain au plus près de ses collaborateurs
– elle stimule l’implication des collaborateurs
– elle est portée par une culture managériale basée sur la confiance (encourage l’écoute)

L’innovation participative apporte ses fruits si elle est reconnue, mise en place et estimée sur un moyen/long et non pas court terme.

Coach de dirigeants